Iles de Lérins
Les iles de Lérins à Cannes, Sainte Marguerite, Saint-Honorat




Recherche personnalisée

Afficher Cannes sur une carte plus grande

Autres pages

Fesrtival de Cannes


Sainte Marguerite

La première île, en venant de Cannes, se situe à 800 mètres de la pointe du Palm Beach. Lérins comporte deux îles : la plus grande, Sainte Marguerite (3,2 km x 950 mètres, 9 km circonférence) , et la plus petite, (1,5 km x 400mètres, périphérie 3 km).
On retrouve les traces d'un habitat sur Ste Marguerite, depuis l'antiquité, elle se nommait alors Léro.
- Ve siècle av. J.-C. : occupation de l'île Sainte-Marguerite. Les fouilles archéologiques réalisées sur l'île dans les années 70/80 laissent apparaître des fondations remontant à cette période de l'antiquité.
- A propos de la dénomination des îles de Lérins : citant Strabon, le géographe grec, Pline l'Ancien, dans son Histoire naturelle (Ier siècle) indique la présence sur l'île Sainte-Marguerite d'un sanctuaire consacré à Lérôn (divinité locale éponyme des îles de Lérins). Les noms antiques des îles furent Léro (Sainte-Marguerite) et Lérina (Saint-Honorat).
- Ier siècle : implantation romaine sur les îles de Lérins. Le bâtiment principal est construit sur un ancien système de citernes romaines. Des fragments d'un laconium romain (étuve sèche) ont été dégagés des fouilles archéologiques.
- début du Ve siècle : arrivée de Saint-Honorat. Fondation par Honorat d'une abbaye sur la petite île de Lérina. De multiples légendes entourent l'arrivée de Saint-Honorat : l'une d'elles raconte que pour chasser les serpents envahissant les îles, Honorat provoqua un raz-de-marée qui nettoya leur surface. Pour se protéger, il se réfugia au sommet d'un palmier. Par référence à cette légende, une palme figure sur le blason de la Ville de Cannes.
- des noms actuels des îles : Lérina prit le nom de Saint-Honorat, fondateur de l'abbaye. Pour Sainte-Marguerite, deux versions : hommage à sainte Marguerite d'Antioche, martyre de la chrétienté ; ou celle, plus folklorique d'une Marguerite, sœur d'Honorat : résidant sur la grande île
- début du XVIIe siècle (1615-1633) : l'île Sainte-Marguerite, qui a longtemps appartenu à l'abbaye de Lérins, est cédée à différents propriétaires (la commune de Cannes, la famille de Lorraine, le sieur Jean de Bellon).
La végétation de l'île est très florissante, avec une dominance du pin d'Alep et de l'Eucalyptus. De l'eau de mer et de l'eau douce se mélangent dans l'étang du Batéguier atturant les ooiseaux. et une réserve ornithologique y a été créée.


Abbaye de Léris L’île St Honorat, située en, face de Cannes, abrite l’un des monastères les plus anciens d’occident.
SDIS 06 Site des sapeurs pompier du 06. Consulter leur fichier PDF sur les îles de Lérins.
Retour    

Le fort Royal ou fort Vauban île de St Honorat

l'édification progressive des fortifications
- période médiévale : construction de la tour adossée à d'anciennes citernes romaines.
- 1540 : les premières fortifications sont réalisées par ordre du roi François Ier.
- En 1624, Richelieu fait adosser à la tour, le château, la chapelle voûtée et les écuries sur les ------anciennes citernes romaines.
- 1633 : dans le cadre d'un programme de fortification du littoral de Provence, acquisition de l'île- Sainte-Marguerite par Richelieu pour le compte de l'armée française.
- 1637-1638 : début de la Guerre de Trente Ans. L'armée espagnole investit les îles de Lérins et constru iles différentes fortifications, les casernes, la poudrière.Le fort royal (fort real) vaprendre sa forme presque définitive. En 1637 un été caniculaire va poser des problèmes de ravitaillement en eau aux Espagnols qui vont abandonner la place aux Français. Les importants vestiges de l'occupation antique (et surtout romains de la Gaule narbonnaise) ont été réutilisés par les espagnols pour construire une forteresse, lorsqu'ils ont occupé l'île. Récupérée par la France, la forteresse, renommée Fort Royal, fut complétée par Vauban au XVIIIe siècle (on lui donne généralement le nom de "forteresse Vauban" ou encore "chateau du masque de fer")
- 1637 à 1687 : construction de casernes et de puits supplémentaires.
- 1645 : Construction d'une terrasse appelée plus tard terrasse Bazaine
- 1682 : Vauban fait construire de nouvelles fortifications : deux demi-lunes et 'une double enceinte en étoile qui font du fort Royal une redoutable place forte comportant le château fort, des casernes et logements, des magasins à vivres et à munitions, une prison, 'une chapelle et un moulin.
- 1687 : un bloc de cellules est construit, rentrant dans le corps du bâtiment principal. Le fort devient prison d'Etat.
- Dès 1737, le fort fut une prison d'Etat, et avant même, de 1687 à 1698, y séjourna le fameux "homme au masque de fer".
- 1789 : après la Révolution française, le fort, prison d'Etat, devient prison militaire.
- 1794 Bonaparte fait remettre les fortifications en état .
- 1861 : édification à la pointe de l'île de la batterie de la convention, qui sert également de prison.
- 1862 : la tour du château est transformée en sémaphore.
- 1874, le maréchal Bazaine est emprisonné dans la prison de la citadelle, par les prussiens, puis s'en évade.
- début du XXe siècle : fin de l'activité carcérale.
- 1973 : début des fouilles archéologiques.
- Depuis 1978 : la forteresse abrite le musée de la mer où sont rassemblés des vestiges ligures, grecs, romains, recueillis sur les fonds marins où dans l'enceinte du fort. On y trouve également un centre d'animation qui accueille des jeunes gens toute l'année (plongée, voile, expressions artistisques..), ainsi que le Centre Permanent d'Initiation à l'Environnement des îles de Lérins.
- 1996 : acquisition du fort royal par la Ville de Cannes.

l'île de Ste-Marguerite  vue de Cannes
L'île Sainte Marguerire vue de la pointe du Palm Beach

île de Ste-Marguerite  vue du Palm Beach de Cannes
L'île Sainte Marguerite vue de la pointe du Palm Beach

forteresse de Ste-Marguerite
Le fort Royal ou fort Vauban, et le chantier naval

forteresse de Ste-Marguerite
La forteresse vue du rivage

forteresse de Ste-Marguerite
La forteresse vue d'avion

La forteresse et le village de Ste-Marguerite, la nuit
La forteresse et le village la nuit

forteresse et port de Ste-Marguerite
La forteresse et le port vus d'avion

Toit de la forteresse île de Ste-Marguerite
Toit de la forteresse

Le musée de la mer, dans l'enceinte de la forteresse (Vidéo 1')


Avertissement
Les peintures présentées sont la propriété de leurs ayant-droits. Il est nécessaire d'obtenir leur autorisation pour toute utilisation commerciale. D'autre part, une reproduction, ne rend jamais parfaitement la qualité et la réalité d'un tableau. Les présentations qui vous sont faites ici ont aussi pour but de vous donner l'envie d'aller les voir dans les musées !

Ile Ste-Marguerite et le  fort Royal par Ernest Buttura
Le fort de l'île Sainte-Marguerite par Ernest Buttura 1880 ©

Ile Ste-Marguerite et fort Royal par Fausto Zonaro
Ile de Ste Marguerite et fort Royal par Fausto Zonaro 1912-1916 ©

Le masque de fer

C'est le 30 avril 1687 que celui que l'on surnomma "le Masque de Fer" arriva sur l’île de Sainte Marguerite, sous la garde de son geôlier Monsieur le Marquis de Saint-Mars. On a dit beaucoup de choses concernant ce prisonnier. Déja sur son masque, qui aurait été, en fait, de velours ! On a dit qu'il s'agissait du frère aîné du Roi Soleil, de Fouquet, le surintendant des finances de Louis XIV, d'un frère jumeau de Louis XIV, du comte Mattioli, …
De la lecture d'une correspondance dans l’édition anglaise des œuvres de Voltaire, il semblerait que le Masque de Fer serait en fait un dénommé Eustache Danger, ancien valet de Nicolas Fouquet, que Louis XIV fit arrêter et enfermer à la forteresse de Pignerol. . Eustache Danger, y aurait été enfermé avec son maitre et aurait été au courant d’échanges entre Fouquet et le comte de Lauzun, maréchal de France tombé en disgrâce, lui aussi enfermé à Pignerol. C'est pour cette raison que l'on aurait transféré Eustache Danger sur l’île Sainte-Marguerite...

En 1698, le "Masque de Fer" est transféré à la Bastille où il meurt en 1703. Victor Hugo écrivit à son propos « Le Masque de Fer, ce prisonnier dont nul ne sait le nom, dont nul n’a vu le front, un mystère vivant, ombre, énigme, problème. Voir livres sccanés " Histoire du masque de fer" - " Le véritable homme dit au Masque de fer" .


Cellule du masque de fer

Cannes vue de la cellule du masque de fer

Fresques dans la cellule du masque de fer - Vidéo îles de Lérins et masque de fer (5'25)

Videos

 
 
Art-let ©